Pour moi, la photographie est l’art de l’observation. Il s’agit de trouver quelque chose d’intéressant dans un endroit ordinaire… 

Cela n’a pas grand-chose à voir avec les choses que vous voyez, mais cela a tout à voir avec la façon dont vous les voyez.
                                                                                                                                                                                 Elliott Erwitt 
     De la peinture à la photographie rapprochée...
 

    J’extrais du réel, l’imaginaire...                    
 

Mes débuts artistiques ont commencé très tôt…
D’abord en suivant des cours en arts plastiques, puis en graphisme, ensuite, j’ai suivi des cours du soir aux Beaux-Arts, section « peinture »
La peinture a été pour moi thérapeutique, un réel travail intérieur.  Inconsciemment, mon « moi profond » était la source de mon inspiration picturale…  J’utilisais principalement l’acrylique noir et blanc, quelque fois, j’ajoutais une petite touche de couleur, mais de façon très parcimonieuse.  J’aimais beaucoup peindre sur papier Kraft pour sa souplesse et sa résistance aux chiffonnages, après quoi, je le marouflais sur toile.  Petit à petit, j’ai compris que j’étais arrivé au bout de cette discipline artistique, un petit break s’est avéré nécessaire…

Quelques années plus tard, rattrapé par l’envie de créer, je me suis dirigé vers la photo en autodidacte.  Ce fût, une véritable révélation ! 
Mes photos sont inévitablement imprégnées de ma sensibilité de peintre, grâce à elles, je me promène dans le monde fascinant de l’abstraction, de la couleur, de l’invisible et du visible !

Labstraction a une place dominante et primordiale dans mon travail photographique. Je m’exerce à poser un regard différent sur le monde qui m’entoure.  J’aime observer de façon détaillée. 
Lors de mes expositions, j’invite les visiteurs à s’interroger sur ce qu’ils voient.  Très souvent, ils se demandent si ce qui est exposé est de la peinture ou de la photo, un dialogue se crée…